Chargement...

Sylvain Beuf

Saxophoniste
Accueil / Les Artistes / Sylvain Beuf

Biographie


Le plus incontournable de nos saxophonistes ténor (Victoire de la Musique, Djangos d’Or, Talent Midem, etc.) aux 20 ans de carrière écumés avec le who’s who du jazz français (Martial Solal, André Ceccarelli, Aldo Romano, Bojan Z, etc.), s’est forgé l’image d’un tranquille et modeste surdoué : compositeur prolixe, soliste inspiré, leader à la parfaite maîtrise et aux choix certains. Celui qu’un Michel Contat plaçait déjà au niveau d’un Joshua Redman ou d’un Brandford Marsalis au début des années 90 a patiemment construit un chemin sans faute mais non sans surprise, préférant les projets créatifs à tout confortable ressassement.

 

« Oui, vraiment, l’album Joy est une joie. » Michel Contat, Télérama

« Une pure splendeur… Précis, tranchant, lyrique, fusionnel, avec un majestueux son de ténor. » Alex Dutilh, Jazzman

« On se réjouit sans cesse. On applaudit. » Bruno Guermonprez, So Jazz

« Un nouveau groupe impressionnant. » Jean-Luc Caradec, La Terrasse

« Joy est le nom approprié du sextet du formidable saxophoniste Sylvain Beuf. Un maître. Le disque est superbe. » Michel Contat, Télérama

« Sylvain Beuf fait réellement partie des grands jazzmen français qui ont quelque chose à dire. » Laurent Bataille, Batteur Magazine

« Un saxophoniste de la dimension d’un Michael Brecker. » Jean-Marc Gelin

« Sylvain Beuf est l’un de nos plus beaux saxophonistes ténor en France. » Jean-Michel Proust, Le Nouvel Observateur

« On pense inévitablement à Sonny Rollins. Et puis, au fil des morceaux les influences se bousculent et cela devient une évidence : c’est du Sylvain Beuf ! Et du grand ! Du genre à imprimer définitivement sa propre marque de fabrique. » Jean-Marc Gelin, Jazzman

 

? 2010 Victoires du Jazz, nominé « Artiste de l’Année »?? 2010 Album « Joy », 4 Clés Télérama?? 2005 Album « Another Building », Choc Jazzman?? 2005 Album « Another Building », Choc Le Monde de La Musique?? 2001 Album « Trio« , 4 Clés Télérama?? 2001 Album « Trio« , Choc de l’Année Jazzman?? 2000 Victoires de la Musique, Nouveau Talent Jazz?? 2000 Talent Midem?? 1999 Album « Danse des Internotes » 4 Clés Télérama?? 1995 Django-Reinhardt Prize, Musicien de l’Année?? 1994 Django d’Or, Album de l’Année pour « Impro Primo »?? 1984 Prix de Musique de Chambre de l’ENM d’Orsay?? 1884 Médaille d’Or en Saxophone

 

ETUDES : Sylvain Beuf apprend le saxophone aux cotés d’André Beun et Daniel Petitjean à l’ENM d’Orsay où il obtient en 1984 une médaille d’or . Il étudie l’harmonie classique avec Pierre Lantier, l’harmonie du jazz au CIM avec Jean-Claude Forenbach et Bernard Maury, le saxophone avec Philippe Maté et Claude Tissandier.

COMPOSITEUR : Depuis 1987, Sylvain Beuf voyage dans les sphères du jazz français et européen où il laisse s’exprimer sa passion de l’écriture et de l’improvisation. Il a enregistré 90 compositions originales et a réalisé des œuvres de commandes pour différentes formules instrumentales.

SOLISTE : Sylvain Beuf a joué avec : Martial Solal, René Urtreger, Hervé Sellin, Daniel Humair, Henri Texier, Richard Galliano, Michel perez , André Cecarrelli, Aldo Romano, Maurice Vander,Stéphane Huchard, Pierre de Bethmann, jean loup Longnon,Gérard Badini , le groupe Océan, Moutin Réunion, Patrice Caratini, Andy Emler, Gordon Beck, Alain Jean Marie, Bojan Z, Billy Hart,Jean Michel Pilc, Emmanuel Bex, Eric Lelann, Alex tassel ,Jean Pierre Como , ludovic de preissac.

DISTINCTIONS : Sylvain Beuf est considéré comme l’un des meilleurs musiciens actuels tant auprès du public qu’auprès des professionnels qui lui décernent respectivement en 1994 le « Django d’Or » pour son premier disque « Impro Primo », en 1995 le Prix Django Reinhardt du meilleur musicien français de l’année. Il est désigné Talent Midem 2000, nommé aux « Victoires de la Musique » dans la catégorie « nouveau talent jazz » et, en 2010, aux « Victoires du Jazz » et aux « Django d’or ».

REFERENCES SCENIQUES : Il a enregistré une vingtaine d’albums. Leader reconnu, il se produit régulièrement avec ses deux formations en quintet et en trio dans les festivals Français : Coutances, Nice, Vienne, Paris… et internationaux : Mexique, Tunisie, Roumanie, Portugal, Liban, Sénégal, Canada, Etats-Unis, Japon, Italie, Russie, Ukraine, Equateur, Colombie.

ENSEIGNEMENT : Titulaire du CA de jazz depuis 1987, Sylvain Beuf a enseigné de 1998 à 2000 au conservatoire du IXème arrondissement de Paris, de 2004 à 2006 au CNR de Chalon sur Saône et dirige actuellement le nouveau département Jazz du CNR de Versailles.

 

Jazzman – Franck Bergerot, Avril 2010?« …Il y a du Mingus là-dedans [l'album Joy], pour la vocalité des lignes que l’on aurait envie de suivre l’une après l’autre bien qu’elles se combinent si intimement l’une à l’autre. La différence avec Mingus réside évidemment dans cette rage où il serait un peu vain de vouloir imiter l’auteur de « Ah Um » et que Sylvain Beuf remplace par une luminosité traversant l’album de part en part et laissant à penser que l’album mérite très authentiquement son titre « Joy ». Ce qui n’est rien dire des instrumentistes. On les connaît presque tous… et ils semblent heureux d’être ensemble, de s’écouter mutuellement, de rebondir sur les propos des uns et des autres. Seul Jean-Yves Jung, le pianiste, nous est inconnu. Comme soliste, mais plus encore par la ferveur qu’il insuffle aux arrangements, il est pour beaucoup dans la réussite de cet album qui, en dépit de sa nature très vivante, méritait peut être mieux que cette captation « live » devant l’excellent auditoire du Jazz Club de Dunkerque. »

So Jazz – Bruno Guermonprez, Mars 2010?« Héros du jazz hexagonal et infatigable explorateur des possibilités offertes par le trio saxophone-contrebasse-batterie, Sylvain Beuf propose avec le bien nommé « Joy », un opus en sextette où chacun des protagonistes brille par l’à-propos et la cohésion très cool de l’interprétation captée live au Jazz Club de Dunkerque. Il faut dire que la qualité des compositions, toutes signées par le saxophoniste, y est pour beaucoup. Leur pertinence a quelque chose d’évident et réjouit sans cesse. On applaudit. »

Télérama – Sélection Concert par Michel Contat?« Vous aimez Joshua Redman, Brandford Marsalis, Ralph Moore ? Vous pensez qu’aucun sax ténor français ne tiendrait le coup en face de l’un d’eux dans un cutting contest ? Allez écouter Sylvain Beuf. Grosse surprise en vue. Une vraie musique. »

Libération?« Il ne faudrait quand même pas imaginer que les Etats-Unis sont seuls à posséder aujourd’hui le monopole des petits génies jazzy. En France aussi, il y en a qui assurent. Sylvain Beuf par exemple. Compositeur productif, soliste inspiré (doté d’un bien joli son d’alto), leader expérimenté (ou naturel), il révèle sur ce premier album en quartette aux accents post-post-world-bop évidents, un potentiel considérable. Il n’a absolument rien à envier à la spectaculaire classe biberon US. »

Les Dernières Nouvelles du Jazz – Jean-Marc Gelin?« Il faut bien admettre que Sylvain Beuf apparaît là véritablement pour ce qu’il est, c’est-à-dire – n’ayons pas peur des mots, l’un des tout grand de l’instrument. Un saxophoniste d’une dimension dont nous n’hésiterons pas à dire qu’elle acquiert ici la dimension d’un Michael Brecker [...].

On reste sidéré par le talent de Sylvain Beuf qui au-delà du génial saxophoniste impressionnant de puissance au lyrisme maîtrisé (ex: l’incroyable « Invitation » plus coltranien que Coltrane lui-même), impressionnant de précision rythmique, impressionnant de groove, impressionnant dans la même aisance qu’il a au ténor ou au soprano, impressionnant dans cet art de l’improvisation toujours cohérente et retombant toujours par miracle sur ses pattes, on aurait tort de passer à côté du Sylvain Beuf compositeur, maître dans l’art des compositions alliant le chromatisme et l’atonalité. »